L’entraînement du sportif commence à table, c’est aujourd’hui prouvé! une bonne alimentation peut aider à améliorer les performances et dans tous les cas, à tirer un maximum de profit d’une activité physique régulière.

Si un sportif amateur ne doit pas modifier fondamentalement son alimentation, ce n’est pas le cas pour celui qui pratique une activité sportive à un niveau plus élevé.

SPORTIF AMATEUR

Si vous êtes un simple sportif amateur, inutile cependant de bouleverser vos habitudes alimentaires. Si vous faites un peu de vélo ou de jogging le week end, ou si vous êtes un habitué des cours de tennis ou de terrain de foot, il vous suffit de veiller à avoir des apports nutritionnels variés et équilibrés.

Privilégiez les légumes, les fruits et les produits laitiers.

N’abusez pas des graisses, du sucre ni de l’alcool.

Ne supprimez pas la viande et n’abandonnez pas les féculents et le pain.

SPORTIF CONFIRME

En revanche, lorsqu’on pratique un sport d’une façon plus intensive ou en compétition, il importe de bien gérer son alimentation pour éviter méforme et contre-performance. Le régime « sort » répond à des règles précises aujourd’hui bien codifiées.

Avant l’épreuve: mise en réserve d’énergie et hydratation préalable.

  • Faites un avant-dernier repas copieux à base de féculents (pâtes,riz, pomme de terre…), excellentes sources de glucides complexes. Une parties d’entre eux sera stockée dans les muscles et le foie sous forme de glycogène, « super carburant » pour des efforts rapides et intensifs.
  • Prenez un dernier repas, plus léger et très digeste, environ trois heures avant l’épreuve: vous évitez ainsi d’être en pleine digestion pendant l’effort.
  • Buvez très régulièrement, par petites quantités mais sans vous restreindre, jusqu’au début de l’épreuve.

Pendant l’épreuve: recharge en énergie et en eau.

  • Si l’effort physique se prolonge, consommez des aliments sucrés (fruits secs, pâtes de fruits, barres de céréales…), riche en glucides simples rapidement assimilables: vous évitez ainsi un « coup de pompe » dû à l’épuisement des réserves glucidiques.
  • Profitez des pauses pour vous réhydrater avec une boisson légèrement sucrée et éventuellement minéralisée.

Après l’épreuve: détoxication et récupération.

  • Dès la fin de l’épreuve, buvez à volonté une boisson légèrement sucrée et minéralisée et continuez à vous réhydrater régulièrement pendant les heures qui suivent: vous aidez ainsi votre organisme à éliminer les toxines de fatigue.

Au menu du repas suivant, « forcez » sur les légumes et les fruits frais ( pour leur propriétés alcalinisantes et détoxicantes) et sur les féculents ( qui permettent de reconstituer les réserves de glycogène de l’organisme).

Rédigez un commentaire :

*

Your email address will not be published.